Cri du Congo

Cri du Congo

SIT IN DU 03 NOVEMBRE 2018 A LA PLACE "PATRICE EMERY LUMUMBA" A BRUXELLES POUR MANIFESTER CONTRE LES OPPOSANTS CONGOLAIS COLLABOS DU SYSTEME D'OCCUPATION EN RDC.

 

hh

SAMEDI 13 OCTOBRE 2018 À PARIS, CHÂTEAU ROUGE, PARIS, LA RÉSISTANCE KONGOLAISE A RELANCÉ LES ACTIVITÉS DE LA RUE, LOIN DES RÉSEAUX SOCIAUX ET DES COMMENTAIRES HIDEUX SUR LE NET.

IL Y A CEUX QUI FONT L'HISTOIRE ET CEUX QUI COMMENTENT CETTE HISTOIRE EN BIEN OU EN MAL.
RESTEZ A VOTRE PLACE DE SPECTATEURS, NS FAISONS L'HISTOIRE, ET VS LISEZ NOTRE HISTOIRE!
#MotoEzoPela

VOUS POUVEZ FAIRE DES STATUTS, UNE CAMPAGNE DE DIABOLISATION, VOUS LIGUER CONTRE LA RÉSISTANCE, SACHEZ SEULEMENT QUE LA FLAMME VIENT D'ÊTRE RALLUMEE ET NOUS ALLONS NOUS ASSURER DE LA GARDER VIVE.

#SOLARIEN
#RATEL_TV1

 

CONCLAVE DE LA RÉSISTANCE KONGOLAISE A BRUXELLES LE 06 OCTOBRE 2018 POUR LA REDYNAMISATION DU COMBAT

 

jeudi, 27 septembre 2018 08:51

Le peuple doit se prendre en charge

Nous ne voulons pas des élections dans un pays occupé. La seule et unique solution, c'est le soulèvement populaire qui amènera la République à démocratiser du Congo à une alternative totale.

D'ailleurs, il n'y aura pas d'élections cette année car Kanambe, de son propre gré, n'a aucunement l'intention de céder le pouvoir ; et de l'autre côté, le théâtre de chez nous entre soit disant opposants, parce qu'il n'y aura pas de candidat commun ou unique de l'opposition.

Des faits et gestes trahissent déjà leurs comportements car chacun de ses opposants dans son coin pense déjà gagner la présidence avec ces machines à voler et avec un fichier électoral infesté.
Et cela, nous constatons réellement, que réside la vraie sorcellerie de nos opposants de pacotille, car aller aux élections aux conditions de la kabilie est une façon de lui garantir un mandat à vie.

Le peuple doit se prendre en charge en activant l'article 64 de la Constitution. Seul le soulèvement populaire libérera un peuple opprimé.


Ingeta,
Nzongo Taverniers
Membre Bana Congo

lundi, 10 septembre 2018 06:35

LA RÉSISTANCE PREND SES RESPONSABILITÉS

UN CONCLAVE EST CONVOQUÉ LE SAMEDI 6 OCTOBRE 2018 À BRUXELLES OÙ LES KONGOLAIS SOUS LA BANNIÈRE DE LA RÉSISTANCE PRENDRONT DES DÉCISIONS AUX CARACTÈRES ÉTATIQUES QUI DÉCIDERONT DU DEVENIR DU KONGO.

LA RÉSISTANCE S'ASSUME DÉSORMAIS ET PASSE À LA VITESSE SUPÉRIEURE POUR LA LIBÉRATION EFFECTIVE DU KONGO.
D'OÙ L'INVITATION AU CONCLAVE A TOUS LES KONGOLAIS QUI SONT CONSCIENTS QUE LE PAYS EST OCCUPÉ, ET NÉCESSITE LA LIBÉRATION IMMÉDIATE.

LE TEMPS POUR LES ANALYSES POLITIQUES, RÉUNION SANS ABOUTISSEMENT EST PÉRIMÉ, LA RÉSISTANCE EST FAITE POUR COMBATTRE L'OCCUPATION ET LA DÉGUERPIR DU TERRITOIRE NATIONAL.
LE 6 OCTOBRE 2018 NOUS ALLONS OSER L'AUDACE DE L'HISTOIRE.

#SOLARIEN
#RATEL_TV1

Martin Sali Bongenege, Président du RCK

Emmanuel Shadary, le boucher du Kasaï et dauphin d'Alias Joseph Kabila ne gagnera jamais l'élection du 23 décembre prochain. Au niveau de la diaspora congolaise, RCK a toujours son étendard debout. Martin Sali Bongenge, Mama Kongo Blandine Diafitwa, Michel Ndofula Tungasu Biko Nsingi et autres résistants-patriotes du RCK sont droits dans leurs bottes. Ils n'ont pas varié d'un seul iota leurs convictions: Le Congo est sous occupation, il faut dégager la kabilie. Celui qui est arrivé au Congo en mai 1997, avec ses bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière, Hippolyte Kanambe Kazembere Mtwale Alias Joseph Kabila est cynique et moqueur du peuple congolais. Le marionnettiste en désignant le boucher du Kasaï, Emmanuel Ramazani Shadary comme son dauphin, prend les Congolais pour des idiots. Le Maniema est la plus petite province de la RDC. Le boucher du Kasaï, Emmanuel Ramazani Shadary est impopulaire dans toute la RDC. Ce qui l'aider à occuper la magistrature suprême: les machines à voter de la CENI, la Cour Constitutionnelle inféodée qui risque de le confirmer vainqueur, 10 millions d' électeurs fictifs et l'armée pour mater le peuple. Pour atteindre l'alternative tant souhaitée et attendue par notre peuple: le soulèvement populaire !

Ma Blandine Diafitwa, FreddyMulongo et Marin Sali Bongenge, Président du RCK

Alias Joseph Kabila n'a jamais dit publiquement qu'il ne sera pas candidat, c'est le Vuvuzélateur et Pinocchio de la République, Lambert Mende Omalanga qui a annoncé le nom d'Emmanuel Shadary au cours d'une conférence de presse. Pourquoi en déposant sa candidature à la CENI, Emmanuel Shadary s'est présenté en candidat "indépendant" alors qu'il est candidat du PPRD-Parti-Etat et du FCC, la Fédération des Corrompus Congolais ! N'est-ce pas le même subterfuge qu'avait usé Alias Joseph Kabila lors de l'élection Louis Michel en 2006 et abusé du même procédé en novembre 2011 ? Pourquoi c'est Néhemie Mwilanya Wilondjale, directeur de cabinet d'Alias Joseph Kabila qui a rempli le formulaire de la CENI en lieu et place d'Emmanuel Shadary ? mais s'est choisi tout seul dans coin, sans passer par un congrès, la République démocratique du Congo est mal barrée. Ce leurre n'est pas acceptable déclare JMartin Sali Bongenge , le président du RCK. Dans un pays normal, ce n'est pas le président sortant fut-il un imposteur-usurpateur-dictateur de se choisir ses adversaires politiques et de se choisir tout seul, son dauphin. Il y a anguille sous roche. Au RCK, nous sommes et demeurons très vigilants !

Soulèvement populaire !

Les machines à voter n'ont aucune place dans les élections du 23 décembre prochain. Ces machines à voter ne sont pas inscrites dans la Constitution congolaise. Même les pays les plus développés n’utilisent pas des machines à voter. Donc la République démocratique du Congo ne doit pas aller aux élections avec des machines à voter qui sont sujettes aux hackers. Le soulèvement populaire est le passage obligé pour bloquer des machines à voter. Seul le soulèvement populaire peut changer le Congo. Nous n'avons pas besoin d'alternance mais d'alternative politique.

Un pays occupé ne se libère pas par des élections. Manœuvres d'Alias Joseph Kabila n'impressionnent nullement des résistants-patriotes du RCK.

 

Freddy Mulongo

Kabila part, et après ? Kabila n’est pas le système qui est en train de semer la mort au Congo aujourd’hui. Est-ce qu’il y a de sérieuses pensées élaborées sur l’après Kabila ? Pourquoi devons-nous nous extasier en évitant de poser les bases d’une pensée refondatrice du pays après Kabila ?

Les Congolais sont-ils condamnés à être des spectateurs de la guerre par morceaux, de la crise de sens et de la crise anthropologique que connaissent le Congo-Kinshasa depuis plus de deux décennies ? Comment rompre avec cette pensée unique qui nous confine à croire que ce sont les mêmes qui doivent à tout moment faire et défaire « les rois au Congo » ?

A travers une série d’essais, Jean-Pierre Mbelu, cofondateur du mouvement civico-écologique congolais Likambo Ya Mabele, propose une démarche pour opérer une rupture avec le processus politique vicieux et vicié en cours, d’une part, et, d’autre part, briser, individuellement et collectivement, les chaînes d’un néocolonialisme qui n’a fait que trop durer au pays de Patrice Lumumba.

Sortie: Septembre 2018.

Communiqué de l’APARECO

La nomination d’un dauphin par «Joseph Kabila» est un leurre et un non événement !

Pendant plus de deux ans, « Joseph Kabila » a nargué et tourné en bourrique toute la classe politique congolaise et la communauté internationale en manifestant sa ferme volonté de se maintenir à la tête du régime d’occupation en RDC. 

L’instrumentalisation et la manipulation de la classe politique congolaise tant de l’opposition que de la prétendue majorité présidentielle grâce à la corruption et à l’achat des consciences lui ont permis de continuer à gouverner par défi la RDC au-delà du 16 décembre 2016, date d’expiration de son « mandat ».  

Toutes les manifestations du peuple congolais pour dénoncer cette imposture  ont été sauvagement réprimées dans le sang. Et devant l’avalanche des pressions et des menaces venant de toute part contre sa détermination à briguer un troisième « mandat », « Kabila » a choisi  de changer de stratégie en donnant l’impression d’avoir lâché du lest en nommant un dauphin. 

Devant cette grossière mise en scène, l’APARECO :

1° – Considère cette nomination comme un simple leurre et un non événement dans la crise politique et sécuritaire que connait la RDC depuis 22 ans ; car le processus de nomination d’une marionnette totalement manipulée par les forces d’occupation ne menace ni de près ni de loin le système proprement dit d’occupation et de prédation mis en place en RDC, mais il permet au contraire au régime d’occupation de poursuivre à l’aise, derrière le masque d’un pantin congolais, le processus diabolique de balkanisation et de mise à mort de la République Démocratique du Congo; 

2°- Dénonce une fois de plus l’instrumentalisation des politiciens congolais comme «couverture» par les lobbies tutsis rwandais dans le but de camoufler le vrai visage de l’occupation ; car, au moment où l’attention des Congolais est focalisée sur la nomination d’un dauphin qui n’est rien d’autre que de la poudre aux yeux, « Joseph Kabila », lui, et son lobby rwandais, peaufinent la prise en main de l’Armée et de la Police nationale à travers une cérémonie de prise d’armes organisée la veille, le 07 août 2018, lors de la quelle leurs hommes de main ont été promu et ont pris l’effectivité du commandement ; 

3°- Réaffirme sa ferme volonté de poursuivre sans relâche son combat de résistance contre tout le système d’occupation dont « Joseph Kabila » n’est qu’un petit sommet apparent ;

4° – Appelle le peuple congolais à ne pas se laisser éblouir par ce miroir aux alouettes, mais à se mobiliser pour poursuivre le seul combat populaire pour déraciner TOUT le système du régime d’occupation et de prédation mis en place en RDC depuis 1997.

Fait à Paris  le 09 août 2018

José Yango W’Etshiko

Vice-président de l’APARECO et Porte-parole

  • Un seul chef: Le peuple. Un seul combat: La libération totale de notre pays.

     

    Nous ne sommes pas seulement ce peuple qui veut que Kabila et son système dégagent, mais nous sommes aussi ce peuple qui combat par tous les moyens pour y arriver. Nous sommes ces congolais qui ont mis leurs connaissances et compétences pour la diffusion et la propagande de la résistance congolaise. L'imposteur et sanguinaire Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila est indigne de vivre. Un juste châtiment du peuple attend la Kabilie. Le peuple vaincra! Ingeta! 

    Marlow Kidi

Please publish modules in offcanvas position.